Votre navigateur ne prend pas en charge Javascript ou celui-ci est désactivé
Une éolienne flottant dans les airs

Pour en savoir plus

www.altaerosenergies.com/

20/11/14

Une éolienne flottant dans les airs

Développée par la start-up Altaeros Energies, la première éolienne commerciale flottant dans les airs, prend la forme d’un ballon géant gonflé à l’hélium muni d’une turbine et « volant »  à une altitude allant de 300 à 600 m. L’enveloppe circulaire qui lui confère sa portance fait 10 m de diamètre et est fabriquée avec le même matériau que celui utilisé pour les dirigeables et les voiles de bateau, un plastique à très haute performance. Cela lui permet notamment de capter des vents beaucoup plus forts et plus réguliers qu’une éolienne classique, et de produire de ce fait, une quantité d’énergie deux fois plus importante.
Baptisée BAT (Buoyant Air Turbine), elle est équipée d’anémomètres et est arrimée à une station terrestre par trois câbles grâce auxquels elle peut automatiquement ajuster son altitude et son orientation afin d’accéder aux vents les plus puissants  possibles. L’électricité générée (sa capacité est de 30 kilowatts) est ensuite transmise à la station par les câbles, avant d’être acheminée jusqu’au réseau électrique. Capable de résister à des vents de plus de 160 km/h, ce modèle semble adapté aux environnements difficiles. La BAT sera à ce titre déployée prochainement en Alaska, près de la ville isolée de Fairbanks et « va générer assez d’énergie pour alimenter plus d’une douzaine de maisons », annonce la start-up
Les investissements liés au transport et aux installations seraient également moins importants. En effet, à l’inverse des grandes structures des parcs éoliens terrestres, les turbines volantes requièrent moins de matériels de transport et sauront se faire discrètes, isolées à plusieurs centaines de mètres d’altitude.
L’objectif de cette technologie est dans un premier temps d’équiper en énergie renouvelable les environnements difficiles ou trop isolés pour bénéficier du réseau, remplaçant ainsi les groupes électrogènes au diesel, trop coûteux et forts émetteurs de CO2. L’éolienne volante pourrait également être utile dans des zones touchées par des catastrophes naturelles puisqu’elle a été conçue pour résister à la puissance d’un ouragan.


Crédit : Altaeros Energies 2014

Recherche

Par secteurs

Archives

Retrouvez ici tous les articles ou dossiers publiés précédement