Votre navigateur ne prend pas en charge Javascript ou celui-ci est désactivé

27/06/13

Rétine en polymère

Une équipe de recherche italienne, de l'Institut Italien de Technologie de Gênes, a montré qu'un polymère photovoltaïque pouvait permettre de restaurer les capacités de détection de lumière d’une rétine endommagée, offrant l'espoir de restaurer la vision des personnes atteintes de maladies dégénératives de l'œil, comme la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).
En effet, ce type de polymère qui convertit la lumière en signal électrique ne nécessite pas d'alimentation en énergie, comme c'est le cas pour les autres types de prothèses artificielles. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont utilisé un film organique de poly 3-hexylthiophène pour permettre la stimulation neuronale par photo sensibilisation.
"Les polymères organiques pourraient devenir les substrats de la prochaine génération de prothèses rétiniennes car ils combinent finesse et souplesse" précise Stephen Rose, directeur de la Fondation de lutte contre la cécité.

Les tests sur la rétine artificielle ont été effectués sous la lumière du jour, ce qui indique un fort potentiel de la technologie dans le domaine des prothèses. Pour l'instant toutefois, les films en polymère testés ne répondent pas encore pas à la gamme complète de sensibilité lumineuse que permettent les photorécepteurs classiques. Mais selon les chercheurs cet obstacle n'est pas rédhibitoire et pourrait assez facilement être surmonté.
Compte tenu de ces résultats encourageants, les scientifiques ont déjà commencé à expérimenter des implants rétiniens à base de polymère chez des rats atteints de rétinite pigmentaire.

Recherche

Par secteurs

Archives

Retrouvez ici tous les articles ou dossiers publiés précédement