Votre navigateur ne prend pas en charge Javascript ou celui-ci est désactivé
Prothèse olympique en 3D

Pour en savoir plus

www.autodesk.de/

26/09/16

Prothèse olympique en 3D

Aux Jeux paralympiques de Rio, l’athlète allemande Denise Schindler est devenue la première cycliste à concourir avec une prothèse imprimée en 3D.
En partenariat avec Autodesk, une nouvelle prothèse imprimée en 3D a été spécialement réalisée aux mesures de l’athlète en ayant recours aux technologies de numérisation 3D.
Près de 52 versions numériques de la prothèse ont été conçues afin d’obtenir le modèle parfait, répondant aussi bien aux mesures de l’athlète qu’aux contraintes sportives liées à la pratique du cyclisme.
Composée de polycarbonate et de fibre carbone, des matières offrant plus d’aérodynamisme et de flexibilité,  elle ne pèse que 812 grammes et non 1,2 kg comme la prothèse classique que portait Denise aux JO de Londres. Et en plus d’être performant, ce nouveau processus permet de réduire les délais de fabrication de 8 semaines à seulement 48 heures.
Mais au-delà de la performance sportive et son succès personnel, Denise concourt surtout pour une autre cause : rendre les prothèses les plus élaborées accessibles au plus grand nombre. Paul Sohi, designer de la prothèse chez Autodesk va dans le même sens en assurant que le processus et la technologie utilisés pour la prothèse de Denise Schindler peuvent servir "à la production des prothèses pour le quotidien". L’impression 3D ouvre un champ des possibles énorme selon lui. "Cela peut être un moyen de répliquer certaines parties du corps humain afin qu’un chirurgien puisse pratiquer une chirurgie délicate avant de le faire ‘en vrai’".
En attendant, Denise Schindler a remporté la médaille d’argent du contre la montre sur piste et la médaille de bronze de la course en ligne.
Et celle qui a perdu sa jambe lors d’un accident à 2 ans a déjà les yeux tournés vers les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020.
Elle compte sur sa collaboration avec Autodesk pour ouvrir un processus de conception et produire sur le marché une prothèse imprimée en 3D. « Ce serait génial que les enfants puissent avoir des prothèses de sport différentes au lieu de n'en avoir qu'une pour la marche ». À l'heure actuelle, c'est un projet pilote, mais il a le potentiel pour percer.

© autodesk

Recherche

Par secteurs

Archives

Retrouvez ici tous les articles ou dossiers publiés précédement