Votre navigateur ne prend pas en charge Javascript ou celui-ci est désactivé
Polymère auto-réparant

Pour en savoir plus

https://www.sciencedaily.com/

29/05/17

Polymère auto-réparant

C’est en s’inspirant de son héros favori Wolverine des X-Men et sa capacité à cicatriser quasi-instantanément de ses blessures que le professeur Chao Wang a eu l’idée de mettre au point un matériau aux propriétés étonnantes, un nouveau polymère capable de s'auto-réparer.

Le polymère en question a plusieurs propriétés réparatrices. Il peut d'abord s'étirer jusqu'à 50 fois à partir de sa taille originale, mais également se “suturer” pour ressouder deux parties déchirées entre elles, et se régénérer en 24 heures.

Chao Wang, qui est l'un des chercheurs de l’université de Californie Riversite à travailler sur le projet, explique que « ce polymère réagit comme le ferait la peau humaine, capable de réparer une coupure comme si rien ne s'était passé”. A la manière des molécules d’eau qui, lorsqu’elles sont « cassées » peuvent se ressouder entre elles, le polymère a la faculté de retrouver sa forme initiale.
Il se comporterait également beaucoup mieux que les matériaux aux qualités similaires découverts précédemment : il serait notamment le premier à pouvoir conduire l'électricité et à pouvoir donc être utilisé dans la fabrication d’écrans ou encore dans les batteries de Smartphones pour en allonger la durée de vie.
Pour l’équipe de chercheurs, les applications pourraient être multiples : « capteurs, stockage de l’énergie, création de muscles artificiels pour la robotique ».
Mais nous n’en sommes pas là …
Pour l’heure, le polymère doit être testé dans des situations difficiles, telle qu’une extrême humidité : « Les propriétés de ce type de polymère peuvent être altérées dans un milieu trop humide », explique Chao Wang. « L’eau s’infiltre et affecte ses capacités. (…) Nous sommes en train de procéder aux ajustements qui nous permettront de l’utiliser dans la vraie vie ». Si tout se passe bien, les premières applications commerciales mettant à l'œuvre ce polymère auto-réparant pourraient voir le jour d'ici à trois ans.

Recherche

Par secteurs

Archives

Retrouvez ici tous les articles ou dossiers publiés précédement