Votre navigateur ne prend pas en charge Javascript ou celui-ci est désactivé

24/05/16

La guerre des pelouses

Tandis que les meilleures équipes d’Europe s'affrontent sur le terrain, un combat préalable a eu lieu sous leurs pieds ! Celui du choix de la pelouse, élément central du stade et déterminant pour des raisons sportives évidemment, mais aussi économiques et environnementales.

A l’heure où la Coupe d’Europe de football débute en France, les stades accueillant les matches ont fait peau neuve. Et parmi leurs nouveaux attributs, l’un d’eux revêt une importance primordiale : la pelouse.
Pendant longtemps naturelle, puis synthétique, la pelouse de prédilection pour l’Euro 2016 est hybride : elle associe terrain naturel et renforcement synthétique.
L’inventeur de ce type de gazon, le Belgo-hollandais Desso - racheté        récemment par le français Tarkett - a su séduire depuis le début des années 90 plus de 600 terrains dans le monde avec son procédé Desso GrassMaster® : il consiste à injecter sur un terrain constitué d’une pelouse 100% naturelle des millions de fibres synthétiques (en polyéthylène et polypropylène) pour en renforcer la stabilité, la résistance et le drainage. Les racines du gazon naturel poussent autour des fibres synthétiques et ancrent le terrain pour obtenir une construction solide présentant un meilleur drainage et un meilleur confort de jeu. C’est lui qui équipera le Stade de France lors de la finale de l’Euro 2016.
Mais NaturalGrass, une start-up française semble gagner du terrain avec sa technologie Air Fibr destinée aux terrains de football et de rugby de haut niveau : sur un sol composé d’un mélange de sable fin, de microfibres synthétiques et de liège est planté du gazon 100% naturel. L’objectif est d’assurer un confort de jeu optimal sur un sol qui reste imperméable.
Quoiqu’il en soit, ces pelouses hybrides offrent de nombreux avantages : plus aucun match annulé pour cause d'intempéries, plus de résistance à l’arrachement, une bonne restitution de l’énergie, un bon amortissement, et surtout, moins de joueurs immobilisés sur blessure.
Et devrait, espérons-le, offrir un vrai plus pour un « beau jeu ».
Que le meilleur gagne !

Recherche

Par secteurs

Archives

Retrouvez ici tous les articles ou dossiers publiés précédement