Votre navigateur ne prend pas en charge Javascript ou celui-ci est désactivé
La bague passe partout

Pour en savoir plus

benjamin.parton@network.rca.ac.uk

16/09/11

La bague passe partout

L’ancien graphiste Benjamin Parton, qui a fait ses études au Royal College of Art, a conçu une « Oyster Card » (la carte de voyage électronique des transports publics londoniens) d’un genre nouveau : il s’agit d’une grosse bague bleue en plastique, appelée « Oi » (prononcez Oille).
La bague fonctionne en grande partie comme la « Oyster Card » actuelle, en forme de carte de crédit, et est donc chargeable avec différents abonnements hebdomadaires ou mensuels, permettant au détenteur de passer les portiques dans les stations de métro ou d’accéder aux autobus.

Il suffit d’appuyer la bague portée au doigt contre les dispositifs de radiofréquence qui lisent les cartes pour valider le voyage.

B. Parton : « La carte était devenue synonyme de Londres et était même en partie appréciée pour sa conception. Mais elle est restée telle quelle pendant huit ans, et en tant qu’objet, je la trouvais triste et ennuyante. Je me suis alors demandé comment la rendre plus attrayante. »

Il testa ainsi jusqu’à tard dans la nuit une trentaine de formes différentes pour la bobine de radiofréquence contenue dans la bague.

Entre-temps, B. Parton a déposé un brevet de dessin industriel et compte vendre ses bagues pour 6 £ (env. 6,90 €). Pour le moment, il est encore à la recherche d’un fabricant.

Recherche

Par secteurs

Archives

Retrouvez ici tous les articles ou dossiers publiés précédement