Votre navigateur ne prend pas en charge Javascript ou celui-ci est désactivé

26/09/13

Des livres sterling en polymère

La Banque d'Angleterre, l'une des plus anciennes institutions à avoir imprimé et fait circuler de la monnaie sous forme de papier, envisage d’imprimer deux de ses billets sur du polymère. Dès 2016, les deux coupures les plus susceptibles de se retrouver dans les poches des pantalons et donc froissées ou oubliées dans la machine à laver, le «Winston Churchill» de 5 livres puis le nouveau «Jane Austen» de 10 livres, pourraient changer de support.
Le Royaume-Uni ne serait pas le premier à remplacer le papier par une matière plus résistante : une trentaine de pays ont déjà opté pour des coupures sur plastique, dont le Mexique, la Nouvelle Zélande, Singapour, la Roumanie, le Vietnam, et plus récemment, le Canada.
Ces coupures en plastique seraient plus hygiéniques, impossible à déchirer, et résisteraient, selon le Daily Mail, à un cycle à 90° en machine à laver. Ils offriraient également d’énormes garanties en matière de sécurité : les coupures hautement sécurisées rendraient quasiment impossibles les duplicata.
Certes plus coûteux à fabriquer que sur papier, les billets en polymère, par leur longévité, leur résistance et leur moindre entretien, permettraient à la Banque d'Angleterre de réaliser une économie de 100 millions de livres (près de 120 millions d’euros) : un billet en plastique aurait une durée de vie de six ans, contre deux actuellement pour les coupures en papier. Et, cerise sur la gâteau, ils seraient recyclables !

Recherche

Par secteurs

Archives

Retrouvez ici tous les articles ou dossiers publiés précédement